NCCM launches national hate crimes awareness project / Le CNMC lance un projet national de sensibilisation aux crimes haineux

(le français suivra)

Human rights leaders urge elected officials to do more to combat hatred; Urge Canadians to speak out and report hate

-For Immediate Release-

(Ottawa – June 9, 2015) The National Council of Canadian Muslims (NCCM) was joined by representatives of diverse Canadian communities to urge elected officials to do more to educate Canadians about the ramifications of hate crimes and to help find ways to address this phenomenon.

To bolster this effort, timed with the release of the latest police-reported hate crime data by Statistics Canada, the NCCM unveiled a national hate crime awareness project that includes a social media campaign as well as an online map to track hate crimes and incidents reported across Canada.

The 2013 police-reported hate crimes shows an overall decrease in police reported hate-crimes. However, anti-Muslim hate crimes have increased by approximately44% since 2012, marking the only category that saw a significant increase*.

“This latest data is troubling and may show a trend of growing anti-Muslim hate crimes. Our own data for 2014 shows a further increase so this is clearly an issue that deserves more attention,” says Amira Elghawaby, the NCCM’s human rights coordinator.

However, Statistics Canada acknowledges that even this does not show the full picture. Studies indicate that hate crimes may be the most underreported type of crime including one study that reported that a full two-thirds of victims surveyed chose not to report the crime to police. Furthermore, police forces in smaller communities may not always have the necessary resources to accurately document the added dimension of hate-motivated bias when investigating crimes.

“The federal justice department terms unreported crimes as representing ‘the dark figure’. Canadians may be reluctant to report crimes for a variety of reasons, including further stigmatization.  Our aim in launching a national hate crime awareness project is to urge Canadian Muslims, as well as fellow Canadians, to report hate wherever and whenever it happens so that we can find ways to combat it,” says Ihsaan Gardee, NCCM’s executive director.

“Our new interactive online map will capture anti-Muslim activity as soon as it is reported to us or reported publicly in a way that is accessible to the general public, researchers, policy makers, elected officials, and the media. This will help inform all Canadians about the need to explore and implement proactive initiatives on national, provincial, and local levels.”

“The NCCM’s hate crime tracking initiative is a welcome advance in our capacity to monitor bias motivated violence wherever it occurs,” says Professor Barbara Perry from the University of Ontario Institute of Technology, and one of the few Canadian researchers who has studied anti-Muslim hate. “We know all too well that very little such victimization is reported to police for a variety of reasons. Because of this, our knowledge of the patterns and distribution of anti-Muslim and other forms of violent bigotry has been limited. This tool will begin to remedy this short-coming. I would like to think it is but one step toward greater attention to the risk to which Muslim communities are exposed. It must, however, only be seen as one instrument in a growing toolkit that will include research, resources and policy intended to ensure that our Muslim brothers and sisters are able to live without fear.”

“Because knowledge is power, this new initiative by the NCCM to monitor and report on anti-Muslim hate crime will help raise awareness of the problem and be part of the solution,” says Richard Warman, human rights lawyer.

Social Media campaign #reporthate

Social Media campaign #reporthate

The NCCM was joined at today’s press conference by representatives from various diverse communities who spoke on various aspects of the issue.

“Hatred is rarely limited to one target. We must look at all forms of hatred together, rather than each one in isolation,” says Ryan Dyck, Director of Research, Policy & Development, Egale Canada Human Rights Trust. “Because unless we address the root of the problem—the hateful idea that one group of people can be set above the rest; that one set of characteristics is ‘normal’ and therefore superior to all others—we will never be successful in addressing any one of its symptoms.”

“In the Sikh community, we have seen recent examples of the defacing of gurdwaras and Sikh schools in Montreal, Brampton and Edmonton with racist graffiti as well as the distribution of racist literature targeting communities with significant Sikh populations,” Mukhbir Singh,Vice-President (Quebec & Atlantic Canada) of the World Sikh Organization of  Canada (WSO). “Many incidents go unreported with victims not wishing to draw negative attention to themselves or make the problem worse. We however continue to encourage community members to report such incidents to the police so that they can be properly investigated and those responsible be held accountable.”

The statistics reveal that the African Canadian community continues to be the primary target of hate crimes, notes Roger Love, Legal Counsel for the African Canadian Legal Clinic. “The fact that we live in a country where Persons of African descent continue to be victims of violent crimes for no other reason but the colour of their skin, is deplorable.

“In order to alleviate some of the barriers faced by the African Canadian community, all officers and Crown Attorney’s should receive special training on how to identify, and investigate hate crimes and incidents of anti-Black hate,” says Love. “As we move into the cyber age resources devoted to investigating incidents of hate speech or racially motivated harassment online have failed to keep pace with reality.”

“As a Canadian Jew who spent much of his adult life fighting hatred, bigotry and discrimination, I am utterly of the view that Canada’s anti-hate laws used as they have been with care and wisdom creates a valuable and needed ‘fence of protection’ for minority groups in this country,” says Bernie Farber, human rights advocate and former CEO of the Canadian Jewish Congress.

“And it was very much thanks to education initiatives such as we are discussing today that led to stopping the hateful bullying of which our community was a target,” says Farber. “Taking a stand against hateful bullying is difficult. Victims would prefer not to make waves in the hope that the hatemonger will simply go away. Community leaders who should be on the frontline of condemnation all too often choose silence. We must not be victims any longer. Silence can no longer be an option.”



-Pour publication immédiate-

Les dirigeants et les défenseurs des droits de la personne exhortent les élus à  faire plus d’effort  pour combattre la haine; inciter les Canadiens à dénoncer et à déclarer les crimes haineux

Le CNMC lance un projet national de sensibilisation aux crimes haineux

(Ottawa –09 juin 2015) Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) s’est joint aux représentants de diverses communautés du Canada pour exhorter les élus à en faire d’effort pour éduquer les Canadiens sur les conséquences des crimes haineux et aider à trouver des moyens pour lutter contre ce phénomène.

À l’appui de cet effort, le CNMC a dévoilé un projet national de sensibilisation aux crimes haineux qui coïncide avec la publication par Statistiques Canada des dernières données sur les crimes haineux déclarés par la police et qui comprend une campagne sur les médias sociaux, ainsi qu’une carte en ligne servant à suivre les crimes haineux et les incidents signalés dans l’ensemble du Canada.

Les crimes haineux déclarés à la police en 2013 montrent une diminution générale des crimes haineux signalés. Cependant, les crimes haineux antimusulmans ont augmenté depuis 2012 par 44%, ce qui en fait la seule catégorie à avoir enregistré une augmentation importante.

« Ces données récentes sont troublantes et pourraient indiquer tendance à la hausse des crimes haineux antimusulmans. Nos propres données pour 2014 montrent une augmentation supplémentaire; il s’agit donc là manifestement d’une question qui mérite plus d’attention, » dit Amira Elghawaby, coordonnatrice des droits de la personne au CNMC.

Qui plus est, Statistique Canada reconnaît que même ces données ne rendent pas pleinement compte de la situation.  Les études indiquent que les crimes haineux figurent probablement parmi les types de crime les moins déclarés. L’une de ces études a d’ailleurs montré que les deux tiers des victimes sondées choisissaient de ne pas signaler le crime à la police. De plus, les forces policières dans les plus petites communautés n’ont souvent pas les ressources nécessaires pour documenter de façon précise la dimension ajoutée des préjugés motivés par la haine dans leurs enquêtes.

« Le ministère canadien de la Justice qualifie de « chiffre noir » l’ensemble des crimes non signalés. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles des Canadiens et des Canadiennes peuvent être réticents à signaler des crimes, notamment la crainte d’être stigmatisé davantage. Notre projet national de sensibilisation aux crimes haineux a pour but d’inciter les musulmans canadiens, de même que les autres Canadiens, à signaler à la police tout incident motivé par la haine pour que nous puissions trouver des moyens de combattre la haine, » a affirmé Ihsaan Gardee, directeur exécutif du Conseil National des Musulmans Canadiens (CNMC). « Notre nouvelle carte interactive rendra compte des incidents antimusulmans aussitôt qu’ils nous sont signalés ou qu’ils sont signalés publiquement, et ce, d’une manière accessible au public, aux chercheurs, aux décideurs, aux élus et aux médias. Elle contribuera à faire prendre conscience à tous les Canadiens et toutes les Canadiennes de la nécessité d’étudier et de lancer des initiatives proactives aux niveaux national, provincial et local. »

« L’initiative de suivi de crimes haineux du CNMC est une évolution bienvenue dans notre capacité de surveiller la violence motivée pas les préjugés où qu’elle se manifeste”, déclare la professeure Barbara Perry de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario, une des rares chercheuses canadiennes à avoir étudié la haine contre les musulmans. « Nous ne savons que trop bien que très peu d’incidents de victimisation sont signalés à la police, et ce, pour diverses raisons. De ce fait, nos connaissances des tendances et de la distribution des préjugés contre les musulmanes et d’autres formes d’intolérance violente sont limitées. Cet outil amorcera un début de solution à cette lacune. J’aimerais y voir un pas vers une plus grande prise de conscience des risques auxquels sont exposées les communautés musulmanes.  Toutefois, il ne faut y voir qu’un simple  instrument parmi une panoplie de plus en plus grande qui comprendra des études, des ressources et des politiques ayant pour but d’assurer que nos frères et sœurs musulmans peuvent vivre sans crainte. »

« Puisque le savoir mène au pouvoir, cette nouvelle initiative par le CNMC de surveiller et rendre compte des crimes haineux contre les musulmans contribuera à susciter une prise de conscience du problème et sera un élément de la solution », déclare Richard Warman, avocat spécialisé dans les droits de la personne.

Le CNMC était accompagné lors de la conférence de presse d’aujourd’hui par des représentants de diverses communautés qui ont traité de plusieurs aspects de la question.

« La haine se limite rarement à une cible. Nous  devons considérer toutes les formes de haine prises ensemble, plutôt que d’examiner chacune d’entre elles isolément », affirme Ryan Dyck, Directeur de la recherche, de la politique et du développement, Fonds Égale Canada pour les droits de la personne. «  En effet, à moins que nous nous attaquions à la racine du problème – l’idée, abominable, qu’un groupe de personnes doive être privilégié par rapport à tous les autres; qu’un ensemble de caractéristiques est “normal” et ainsi supérieur à tous les autres – nous ne réussirons jamais à éliminer ses symptômes. »

« On a observé récemment dans la communauté sikhe des actes de vandalisme sur des Gurdwaras,  et des écoles sikhes de Montréal, de Brampton et d’Edmonton, avec des graffitis et des distributions de littérature raciste visant les communautés comptant des populations sikhes importantes », a dénoncé M. Mukhbir Singh, vice-président (Québec et Atlantique) de la World Sikh Organization of Canada (WSO). « De nombreux incidents ne sont pas déclarés, car les victimes ne souhaitent pas attirer une attention négative sur elles-mêmes ou empirer le problème. Nous continuons toutefois d’encourager les membres de la communauté à déclarer ces incidents à la police pour qu’elle puisse enquêter de façon adéquate et que les coupables soient tenus responsables. »

« Les statistiques révèlent que la communauté afro-canadienne continue d’être la cible principale de crimes haineux », a noté M. Roger Love, conseiller juridique à la Clinique Juridique Africaine Canadienne. « Le fait que nous vivons dans un pays où des personnes d’origine africaine  continuent d’être victimes de crimes violents uniquement en raison de la couleur de leur peau est déplorable. »

« Pour réduire les obstacles rencontrés par la communauté afro-canadienne, tous les policiers et les avocats de la Couronne devraient suivre une formation particulière sur la façon d’identifier les crimes haineux et les incidents à caractère haineux contre les noirs et d’enquêter sur ceux-ci », a déclaré M. Love. « Alors que nous entrons dans le cyberâge, les ressources consacrées aux enquêtes sur les incidents en ligne comportant des discours haineux ou du harcèlement motivé par le racisme n’ont pas réussi à suivre la réalité. »

« En tant que juif canadien qui a passé une grande partie de sa vie d’adulte à combattre la haine, le sectarisme et la discrimination, je crois vraiment que les lois canadiennes anti-haine utilisées de façon judicieuse et prudente comme elles l’ont été créent une “barrière de protection” précieuse et nécessaire pour les groupes minoritaires de ce pays », a déclaré M. Bernie Farber, défenseur des droits de la personne et ancien directeur général du Congrès juif canadien.

« C’est beaucoup grâce à des initiatives d’éducation comme celle dont nous discutons aujourd’hui qui ont contribué à faire cesser l’intimidation haineuse dont notre communauté était la cible », a mentionné M. Farber. « Il est difficile de prendre position contre l’intimidation haineuse. Les victimes préféreraient éviter de faire des vagues dans l’espoir que les fauteurs de troubles s’en iront d’eux-mêmes. Les dirigeants des communautés, qui devraient monter aux premières lignes, choisissent trop souvent le silence. Nous ne pouvons pas être des victimes plus longtemps. Le silence n’est plus une option. »